CHAÎNES
PUBLICATIONS
MELS
NOUVELLES
Mobilité
Emploi

nouvelle

publié le 21 février 2012

La classe de maître en deux temps

Aujourd'hui, la classe de maître de Ginette Reno a été divisée en deux temps.

 

Marianne St-Pierre, chanter sans voix

 

Ginette Reno a demandé à chacun des candidats de chanter quelques extraits de ses succès afin de leur enseigner la puissance des paroles. Elle souhaite que les académiciens apprennent à bien doser leurs gestes. Certains textes ne nécessitent aucun mouvement, seul le texte suffit.

 

En opposition, elle a ensuite affirmé que l’on peut comprendre une chanson même si elle est interprétée sans son. Afin d’illustrer son point, Ginette Reno a invité Marianne St-Pierre. Cette dernière a accompagné Mike et Sophie lors de leur numéro en traduisant les chansons en langage des signes. Mike a chanté L’essentiel alors que Sophie a interprété Un peu plus haut, un peu plus loin.

 

Oliver Jones et son amour du jazz

 

Dans la deuxième partie de son cours, Ginette Reno a invité son grand ami, Oliver Jones. Ce dernier est tombé amoureux de la musique dès l’âge de trois ans. Le Montréalais maintenant âgé de 78 ans est toujours aussi fou de jazz.

 

Humble, Oliver Jones a affirmé que le plus important en musique est de trouver la nouveauté. «On peut jouer la même chose pendant un an, mais chaque soir, c’est différent» a-t-il expliqué.

 

Assis au piano, Oliver Jones a généreusement répondu aux questions des académiciens. Le jazzman a ensuite posé ses mains sur l’instrument et a charmé les candidats dès les premières notes. Les chanteurs se sont alors lancés dans une improvisation aux rythmes de blues et de jazz.

 

Cette rencontre a donné lieu à un moment magique entre Andrée-Anne et Oliver Jones.